Hey ! Salut à tous, j’espère que vous êtes en forme !

Peut-on boire de l’alcool quand on veut perdre du poids ? Voilà une autre question qui doit revenir à peu près 150 fois par mois parmi les membres du site www.coach-on-web.com et pour cause ! Ce n’est pas parce qu’on a décidé de se débarrasser de quelques kilos en trop qu’on a forcément envie de renoncer à toute forme de vie sociale et à boire un verre entre amis ou en famille de temps en temps. Est-ce qu’on doit vraiment culpabiliser à chaque fois qu’on boit un verre ?

Vous allez voir que non, il n’est pas nécessaire d’entrer dans les ordres et de mener une vie de moine tibétain pour pouvoir perdre du poids. Comme je vous le rappelle dans la vidéo qui suit, très peu de choses sont complètement interdites quand on veut mincir, tout est une question de quantités et d’équilibre de votre plan nutritionnel. Mais comme d’habitude, plus vous comprendrez comment fonctionne votre corps et dans ce cas, comment il gère les quelques verres d’alcool que vous pourriez boire et mieux vous saurez ce qu’il faut faire pour limiter la casse.

Je vous propose donc de cliquer sur l’image pour lancer la vidéo, qui vous expliquera très rapidement les effets de l’alcool sur votre organisme et aussi comment avoir une consommation conciliable avec une perte de poids efficace. Ensuite, nous rentrerons dans les détails pour ceux qui veulent aller plus loin…


On en parle

L’alcool et votre corps

 

Je vous rassure, on ne parlera pas ici des effets psychotropes de l’alcool sur vous. Vous le savez pertinemment (du moins je l’espère !) et c’est pour cela qu’on nous répète constamment de le consommer avec modération, les boissons qui en contiennent vont modifier votre comportement en agissant sur votre coordination, votre temps de réaction, votre capacité de concentration, votre champs visuel…etc. Ceci est dû à son action sur le système nerveux central. Mais ici, vous allez voir les effets physiologiques de l’alcool en ce qui peut concerner la perte de poids puisque c’est ce qui vous intéresse le plus.

L’alcool, dans nos boissons, est un composé organique appelé éthanol (ou alcool éthylique… Oui, oui, comme le nom du coma qui va avec !) et il est issu soit de la fermentation des sucres (glucose et fructose) contenus dans les fruits (le raisin, les pommes, les prunes…) ou dans les céréales (le malt, l’orge, le riz…); soit d’un processus un peu plus complexe appelé distillation. La fermentation alcoolique, à ne pas confondre avec la fermentation acétique dont vous avez fait la connaissance dans l’article sur le vinaigre de cidre, est un processus naturel qui va donner des boissons alcoolisées d’une teneur variant entre 10 et 15% maximum. La distillation, elle, requiert un procédé chimique bien précis et l’intervention humaine pour obtenir des alcools forts contenant un taux pouvant aller jusqu’à 60%.

L’alcool est potentiellement acidifiant pour votre organisme, c’est-à-dire qu’il va modifier le pH de votre corps à la baisse une fois consommé ce qui n’est pas une très bonne nouvelle pour votre perte de poids puisque vous ne fonctionnez de manière optimale qu’à un pH neutre ! Il faudra donc apporter à votre corps un maximum d’aliments alcalins pour pouvoir renverser la tendance et nous verrons comment faire dans la suite de cet article. Vous pourrez aussi bientôt recevoir un article entièrement dédié à l’équilibre acido-basique et son importance dans la lutte contre vos kilos en trop en vous inscrivant gratuitement à la newsletter du blog.

Ensuite, et ça aussi je pense que vous le savez, l’alcool va déshydrater votre organisme. Vous savez, ce casque que vous portez le lendemain d’une soirée un peu trop … festive,  qui vous comprime le crâne et qui amplifie tous les bruits autour de vous… Et bien c’est la preuve que vos cellules ont soif ! Les maux de tête ou céphalées sont le symptôme d’une déshydratation dont il faut s’occuper rapidement en buvant. De l’eau ! Et si je vous raconte ça, ce n’est pas pour faire la morale mais simplement parce que c’est la preuve que l’alcool va déséquilibrer les réserves d’eau dans votre corps et qu’à long terme, ce phénomène va engendrer une forte rétention d’eau. Prise de poids en vue donc et apparition potentielle de cellulite avec ça… Ça calme, non ?

Voici en gros, les premiers risques encourus par une consommation mal adaptée à vos capacités d’assimilation et à votre métabolisme mais voyons maintenant ce qui se passe au niveau des calories…


L’alcool et les calories

Avant toute chose et pour être bien certain qu’on est sur la même longueur d’onde, je vous invite (si ce n’est pas encore fait) à vous inscrire gratuitement à la newsletter de Coach On Web dans la section « perdre du poids » afin que vous puissiez recevoir la première vidéo réservée aux membres qui traite justement des calories en nutrition. Vous comprendrez alors comment éviter beaucoup d’erreurs que les gens font en pensant maîtriser cette notion et surtout comment éviter les idées préconçues les concernant. Vous pouvez également vous référer à l’article transformez votre corps plus vite en vous entraînant moins, qui comporte une section nutrition où il est exposé l’importance de la qualité des calories que vous consommez par rapport à la quantité.

Pour faire simple, beaucoup de personnes ont tendance à n’envisager leur plan alimentaire qu’en fonction d’un volume de calories total quotidien, se limitant par exemple à 1500 kcal par jour. Mais ce chiffre importe peu, en définitive, tant que les notions de qualité et de timing calorique sont respectées. Par exemple, vous mangez un filet de dorade grillé avec un peu de purée et d’haricots verts, le tout avec un mince filet d’huile d’olive, de citron pour finir avec un fruit en dessert, vous allez être aux alentours de 300 kcal. Bien sûr, tout dépend des quantités mais je simplifie pour l’image. Et maintenant, si vous mangez un hamburger moyen avec un coca, vous êtes aussi à 300 kcal mais l’effet sur votre corps n’est pas du tout le même et par conséquent, à quantité égale de calories, l’un des repas est excellent pour équilibrer votre poids alors que l’autre est extrêmement dangereux !

Et bien ceci est encore plus vrai avec l’alcool car il ne contient que des calories dîtes « vides », c’est-à-dire presque inutiles pour votre organisme. Je m’explique …

L’éthanol contenu dans les boissons alcoolisées, à un potentiel énergétique énorme, c’est une vrai réserve d’énergie pour le corps. Il est donc très, très calorique ! Pour vous donner une idée alors qu’un gramme de glucide apporte 4 kcal, un gramme d’alcool en procure 7 soit presque le double ! Bref, vous l’aurez compris, le premier danger est ici. Sa consommation va largement augmenter votre apport calorique de la journée et donc engendrer un risque de stockage de tout excédent.

Pour vous donner quelques valeurs : le vin vous apporte entre 70 à 120 kcal par verre en fonction du produit consommé et de sa qualité, idem pour les champagnes et le cidre, la bière, entre 100 et 120 kcal, le porto, 316 kcal et enfin pour les whisky, on va de 150 à 430 kcal !!!

Mais en plus, votre organisme ne peut pas faire grand chose avec l’alcool, il n’a pas 36 solutions pour l’utiliser : soit il le brûle immédiatement, soit il le transforme via le foie sous forme de gras et le stocke dans vos tissus adipeux… C’est pour cela qu’on appelle les calories fournies par l’alcool des calories vides. Mais la plupart du temps, vous en consommez pas votre apéritif le matin à 10:00 pendant votre séance d’entrainement, on est d’accord ? Mais plutôt le soir, tranquillement installé(e) chez vous, en famille ou entre amis… Moment de détente en vue donc et c’est bien là le problème. Puisque votre dépense énergétique va être réduite au minimum, vous n’allez pas avoir besoin de tout le carburant que vous allez ingurgiter via votre verre d’alcool et donc, le corps va stocker.

Je vous rassure quand même, comme je vous le dis dans la vidéo, vous allez pouvoir quand même vous faire plaisir de temps et temps et je vais vous dire comment mais vous devez d’abord bien comprendre ce qui se passe dans votre corps quand vous buvez de l’alcool.

alcool-perte-de-poids


Pourquoi l’alcool fait-il prendre du gras ?

 

Comme vous avez pu le lire plus tôt, il y a un surplus calorique non négligeable lors de la consommation de boissons alcoolisées mais nous reviendrons en détail plus tard sur cette notion. Que se passe-t-il vraiment dans votre corps quand vous buvez un verre ? Pourquoi cela finit directement sous forme de bourrelets sur votre ventre, vos fesses ou vos hanches ?

Lorsque vous consommez de l’alcool, il passe dans l’oesophage pour se retrouver dans l’estomac. C’est une molécule si facilement assimilable pour votre organisme qu’ici déjà, près de 20 % de la quantité totale va être envoyée dans le sang. On estime à environ 30 minutes le délai d’apparition d’alcool dans la circulation générale après ingestion mais ce délai est calculé à jeun et peut varier selon de nombreux critères : l’âge, le poids, la taille, le sexe, l’alimentation …

Ce qui reste d’alcool est ensuite acheminé vers l’intestin grêle qui se chargera de faire passer dans le sang la suite de votre apéro pour qu’il puisse être distribué aux autres organes, notamment le cerveau (et on sait les troubles qu’il y crée !), le coeur et enfin sa destination finale : le foie, où il sera métabolisé.

Une infime partie de ces molécules d’éthanol vont être utilisées comme combustible pour vos besoins énergétiques mais à moins que vous ne soyez en train de mettre le feu sur la piste de danse en boîte, comme vous n’avez pas besoin d’autant d’essence pour faire fonctionner une machine au repos, c’est bien dans le foie que va se retrouver le surplus d’alcool, cette usine à traitement des excédents de votre organisme.

Une fois là-bas, des enzymes spécifiques du foie, l’ADH (enzymes alcool déshydrogénase) et l’ALDH (enzyme acétaldéhyde déshydrogénase) vont transformer l’alcool en cholestérol et en acides gras. Alors vous savez bien que ces deux molécules sont indispensables au bon fonctionnement de votre corps, le cholestérol est le composant principal de vos cellules et les acides gras interviennent dans de nombreuses réactions biochimiques vitales. Mais le problème c’est lorsqu’ils sont produits en excès et la consommation des boissons alcoolisées en produit vraiment beaucoup ! Du moins beaucoup plus que vous n’en avez besoin. Vous imaginez donc aisément où ils vont atterrir…


Perte de poids et alcool : quels sont les vrais risques ?

 

Allez pour que ce soit bien clair, voici un chapitre qui vous définit en détail tout ce qui va mettre en danger votre perte de poids quand vous consommez de l’alcool :

Le surplus calorique : vous l’avez découvert ou redécouvert dans le début de cet article, l’alcool porte en lui un très fort potentiel énergétique, il est donc extrêmement calorique ! En lui-même, il est donc déjà un danger pour votre plan alimentaire quotidien puisqu’il risque de déséquilibrer la balance Apports / Dépenses en la faisant pencher du mauvais côté. Bien entendu, vous pourrez toujours limiter un peu la casse en diminuant les autres apports de la journée ou en allant transpirer à la salle de sport pendant 2 heures entières à fond… Mais même si vous vous sentirez un peu moins coupable, n’oubliez pas que l’alcool est assimilé très rapidement par votre système digestif et qu’une fois métabolisé sous forme de triglycérides, le mal est fait… Et souvenez-vous également que considérer la quantité de calories sans prendre en comte la qualité ou le timing est complètement illusoire (Voir vidéo 1 « Les calories en perte de poids » gratuite et réservée aux membres de www.coach-on-web.com).

L’indice glycémqiue des alcools : vous devez savoir également que les alcools comme tous les autres aliments ont un indice glycémique propre. C’est-à-dire que la simple consommation d’un verre de vin ou de bière est capable de faire varier l’ensemble de l’IG d’un repas en le rendant plus élevé même si vous aviez fait attention aux aliments que vous aviez mis dans votre assiette. Dommage de ruiner un repas bien équilibré et bien adapté pour votre perte de poids comme ça, non ? D’autant que certaines boissons sont vraiment extrêmement dangereuses du point de vue de l’IG et c’est le cas de la bière qui affiche 110 au compteur selon le type de produit consommé, un record ! Les vins et champagnes oscillent entre 5 et 10 maximum.

La rétention d’eau : nous l’avons évoqué également plus tôt dans l’article, l’alcool est responsable d’une déshydratation plus ou moins aiguë de vos cellules en fonction de votre consommation. Or, quand vous allez recharger en eau, vos tissus vont donc avoir tendance à la retenir plus qu’ils ne le devraient pour palier à un éventuel retour de cet état de sécheresse. C’est un phénomène tout à fait temporaire qui ne dure pas plus de 48 ou 72 heures en cas d’ingestion ponctuelle mais qui peut devenir chronique si vous en consommez un peu trop et trop souvent.

C’est souvent pour cette raison que si vous vous pesez le lendemain ou le surlendemain d’une soirée un peu trop arrosée, vous vous rendez compte que vous avez pris 1 kg et demi ! Rassurez-vous, vous ne pouvez pas prendre autant de poids, en gras résiduel, en si peu de temps. C’est juste un peu d’eau en trop qui ne demande qu’à être éliminée… Et ce sera d’ailleurs le sujet d’un prochain article, que vous pourrez recevoir en avant-première en vous inscrivant gratuitement à la newsletter du blog mais vous pouvez d’ors et déjà visionné la vidéo sur le sujet : « Perdez du poids rapidement en apprenant à lutter contre la rétention d’eau ! »

alcool-perte-de-poids-3

Attention cependant, je ne vous dis pas que l’alcool est la seule cause de rétention d’eau. Beaucoup d’autres facteurs, isolés ou conjugués peuvent aboutir aux mêmes résultas : un excès de consommation de sel, une carence en micronutriments, un déséquilibre hormonal… Mais si vous éliminez déjà le facteur « alcool » vous saurez déjà si elle vient de là ou pas.

L’acidité : nous en avons déjà parlé dans l’article le vinaigre de cidre, un allié de votre perte de poids, votre corps étant composé à 70 % d’eau, vous devez conserver un pH neutre pour être le plus en forme possible.

Le pH est une échelle qui s’étend de 0 à 14 et qui mesure l’acidité de votre organisme via son représentant en chef, le sang. La neutralité étant à 7, c’est-à-dire le milieu exact de cette échelle, vous devez en théorie consommer autant d’aliments acidifiants, qui vont faire descendre le pH, le rendant acide, qu’alcalinisants, qui vont faire remonter le pH, le rendant plus alcalin. Sinon, des dysfonctionnements dans les réactions biochimiques qui gouvernent votre métabolisme vont apparaître petit à petit et à long terme, ils vont venir enrayer toute la machine, empêchant de nombreuses fonctions vitales de faire leur boulot correctement, surtout au niveau des défenses immunitaires mais également sur l’assimilation et la transformation des macronutriments, qui ne se fera plus de manière optimale et risque donc de vous faire prendre du poids plus que vous ne le devriez.

Et bien l’alcool est un apport très acidifiant ! Et il faut bien faire la différence ici entre acide et acidifiant… Un aliment « acide » fait référence au sens du goût, purement et simplement mais acidifiant fait référence à l’impact sur votre organisme, signifiant qu’une fois ingéré, l’aliment va dégager des acides dans votre corps et donc mettre en péril équilibre neutre qui doit régner. Vous allez comprendre …

L’éthanol en lui-même, contenu dans une boisson alcoolisée, sans ajout d’aucune sorte, n’est pas « acide » au goût, mais une arrivé dans le foie, vous avez pu voir qu’il allait être métabolisé par des enzymes sous forme de cholestérol et d’acides gras. Or, cette transformation se fait selon une chaîne de réactions biochimiques qui vont engendrer des « déchets » aux différentes étapes de transformation. Déchets qui sont des acides. Vous voilà sorti(e) de la zone neutre.

Il y a énormément d’aliments qui ont ce même potentiel acidifiant pour le corps sans l’être au goût, c’est d’ailleurs le cas pour la plupart de notre alimentation dans les pays occidentaux, nous consommons trop d’aliments dangereux pour notre pH interne et par conséquent, l’acidité est la cause de bien des maux de nos jours. Et à l’inverse, il y a aussi de nombreux aliments acides pour vos papilles qui se relèvent alcalinisants pour votre organisme, c’est le cas du citron ou du vinaigre de cidre par exemple qui sont de véritables atouts pour contre-balancer ce défaut d’alimentation !

Pour le moment, gardez ceci en mémoire, une consommation trop souvent répétée d’alcool nuit à la neutralité du pH de votre corps et donc, à plus long terme, à votre perte de poids.

Les associations : et là pour une fois, vous allez pouvoir dédouaner l’alcool car il n’est pas le véritable fautif dans l’histoire mais vous devez avouer que la plupart du temps, quand on se pose pour prendre un verre, on a tendance à « grignoter » quelque chose avec… Et ce quelque chose, c’est rarement des légumes on est bien d’accord ! Chips, biscuits apéritifs ou fromages en tout genre, il est rare de ne pas voir arriver sur la table quelques bombes nutritionnelles en même temps que les bouteilles d’apéro !

De plus, on consomme souvent certains alcools, surtout des alcools forts avec du sucre, dans les cocktails comme les mojitos ou autres avec des jus de fruits ce qui augmente encore l’apport en glucides et par conséquent aussi l’IG global !

Les risques organiques connus : et pour finir, il est important de prendre aussi en considération les risques plus connus liés à l’alcool, même s’ils ne vous semblent pas liés à votre perte de poids au premier abord. Une consommation excessive ou trop fréquente va engendrer à long terme de nombreux dérèglements : cholestérol, diabète, fatigue chronique et tous ces problèmes viendront s’ajouter comme autant d’obstacles supplémentaires dans votre lutte contre les kilos en trop. Il est beaucoup plus facile de faire fondre les bourrelets superflus quand on va bien que quand il faut déjà régler tout un tas d’autres petits maux, pas vrai ?

Alors ne vous en faîtes pas, lorsque j’ai relu les lignes ci-dessus, je me suis rendu compte que l’alcool avait été un peu diabolisé et ce n’était pas du tout mon intention ! Loin de là ! Profondément épicurien, j’encourage tous les clients que je suis avec les programmes personnalisés d’entrainement et de nutrition à profiter un maximum des choses qu’ils aiment. On peut vraiment manger et boire de tout, à condition de le faire sans excès et en connaissances de cause, et c’est justement le sujet du paragraphe suivant… Comment doit-on alors consommer l’alcool en perte de poids ?


Comment faire concrètement ? Quels alcools ? Quelles quantités ?

 

Commençons d’abord par la notion de quantité. Vous l’avez vu, de par le surplus calorique et l’augmentation de l’IG que l’alcool va induire, il est important si vous voulez vraiment perdre du poids le plus rapidement possible, de limiter votre consommation. Sans parler d’arrêt complet, 2 à 3 verres par semaine est un maximum quand on ne veut pas mettre en péril le travail effectué sur le sport et/ou la nutrition le reste de la semaine.

Et quand on parle de « verre », on parle de dose normale bien entendu ! Si votre péché mignon, c’est la bière, la dose classique étant de 25 cl, pour 2 verres on est bien à 50 cl, soir un demi-litre, pas à 1 litre complet si vous comptez deux pintes !

Passons maintenant aux types d’alcool que vous pouvez consommer et c’est une notion qui peut être soumise à discussion alors sachez ici que je ne vous donne que mon avis, en fonction de mes connaissances et de mon expérience sur les nombreuses personnes que j’ai pu coacher via internet grâce à la Méthode Coach On Web.

En règle générale, les alcools fermentés (les vins, les champagnes, les bières, les cidres) sont moins caloriques et beaucoup plus « sains » pour l’organisme que les alcools forts et distillés. Et c’est pourquoi je vous recommande toujours la première catégorie, même si c’est vrai, dans le cas de la bière, l’indice glycémique est assez effrayant, elle reste un meilleur choix qu’un whisky, un pastis ou un porto… Toujours du point de vue de votre objectif minceur, cela va de soit.

Et ce choix est d’autant plus justifié que ce sont souvent les alcools comme la vodka, la téquila ou autres qui sont consommés avec des jus de fruit ou des sodas et qui deviennent donc potentiellement encore plus dangereux que tout le reste.

Histoire de limiter la casse sur l’équilibre acido-basique de votre organisme, vous pouvez aussi consommer des aliments alcalinisants pour palier à l’acidité dégagée par le métabolisme de l’alcool. La plupart des légumes sont alcalinisants mais aussi les bananes, les poires, le raisin, les amandes, le sésame … Considérez les comme un antidote si vous le pouvez au moment de la prise boissons alcoolisées.

Et enfin, si vous devez boire un verre avant de passer à table essayer de vous orienter vers des aliments en adéquation avec votre plan nutritionnel pour l’accompagner. On peut très bien se faire plaisir avec des tomates cerises, des légumes crus coupés en lamelles trempées dans une sauce légères et 0% à bas de fromage blanc et de ciboulette. Internet regorge de ce type de recettes là qui vous permettront de vous faire plaisir même sur le plan gustatif sans jamais mettre en péril vos efforts de perte de poids. C’est juste une question d’habitude : de mauvaises habitudes à perdre pour en prendre de nouvelles. Et vous verrez que vous serez surpris(e) de voir à quel point c’est facile… Essayez pour commencer, tout part de là !

Voilà c’est terminé pour cet article vidéo sur la consommation d’alcool en perte de poids, j’espère qu’il vous a plu ! N’hésitez pas à commenter ou à le partager sur les réseaux sociaux si c’est le cas. Vous pouvez également vous inscrire sur la newsletter du blog pour recevoir en avant-première tous les nouveaux articles et les 5 vidéos du programme perte de poids de Coach On Web réservées uniquement aux membres ! Vous aurez également accès à de nombreux autres avantages, dont la possibilité de me poser toutes vos questions minceur, sport et nutrition directement par mail …

A très vite donc !

Seb de Coach On Web.

bouton-pdp-blog


Et retrouvez Coach On Web sur Facebook ou sur Youtube.

Capture d’écran 2017-09-19 à 14.58.33

Capture d’écran 2017-09-19 à 11.49.38